Actualités

Vendredi 31 juillet 2020 : La remise des Prix

Pour des raisons sanitaires, la cérémonie de remise des Prix a changé de lieu et s'est déroulée devant la buvette, incluant le nouveau podium dans son fonctionnement. Bien sûr, tout commence par le discours de la Présidente.

Les apprentis-lads-jockeys

2020 - Apprentis Lads-Jockeys
  Driver Points Victoires
 1 F. Lecathelinais 25 2
 2 C. Criado 24 2
 3  J. Cordeau  24 1
 4 C. Schotter 16 1
 5 M. Chavatte 13
 6 Y. Bouisson 11 1
 7 A. Laigron 11
 8  N.R. Brossard  14
 9 Et. Clozier 10 1
  M. Darbord 10 1

Les jockeys au monté

2020 - Monté
  Jockey Points Victoires
 1 R. le Creps 27 2
 2 C. Leclercq 26 2
 3  M. Darbord  22 2
 4 X. Bonnefoux 16
 5 M. Yvon 14 1
 6 A. Ernault 14
 7 C. Schotter 13 1
 8  N. Pacha  13
 9 P. Beluze 12 1
 10 M. Morandeau 11

Les entraîneurs

2020 - Entraîneurs
  Entraîneur Victoires 2èmes/3èmes places
 1 P. Terry 11 8/13
 2 M. Varin 6 0/2
 3  S. Bouisson  5 5/5
 4 E. Varin 5 3/2
 5 D. Brossard 4 3/7
 6 S. Bazire 4 3/3
 7 S. Hardy 4 2/5
 8  L. Laudren  4 2/3
 9 N. Pacha 3 4/6
 10 P. Rouer 3 4/1

Les drivers

2020 - Drivers
  Driver Points Victoires
 1 F. Clozier 203 8
 2 E. Audebert 185 6
 3  N.Pacha  164 6
 4 S. Hardy 159 3
 5 C. Terry 132 6
 6 D. Brossard 128 4
 7 R. le Creps 120 5
 8  B. Rouer  105 3
 9 V. Cabos 94 4
 10 S. Bouisson 87 2

Les amateurs

2020 - Amateurs
  Driver Points Victoires
 1 D. Crespel 45 2
 2 D.A. Langlois 36 1
 3  L. Lizée  31 3
 4 J. Dhoum 22
  C. Clozier 20 1
 6 JM. Empeytaz 18 1
 7 M. Lacoma 16
 8  M. Catel  14
 9 P.M. Allais 13
  D.E. Cordeau 11

Vendredi 31 juillet 2020 : Le Grand Prix de la ville de Biarritz

On ne présente pas le Grand Prix de la ville de Biarritz, on le vit, de ses heats à son podium, en passant par son défilé et ... son arrivée !
La liste des drivers partants (ou plutôt censés l'être ...) est globalement classique, mais malgré tout, elle contient deux nouveautés importantes : la présence de deux drivers reconnus à un échelon national, qui sont Jean-Claude Hallais, vainqueur d'un Prix d'Amérique et de huit sulkys d'or, ainsi que Jean-Pierre Dubois, qui, lui, en est à deux Prix d'Amérique et beaucoup d'autres succès prestigieux, dont ... le Grand Prix de Biarritz en 1976 avec FUGIT. Le cheval de Jean-Pierre Dubois, CLASSIC CONNECTION, semble au-dessus du lot et sa côte au Quarté Plus Régional qui accompagne le Grand Prix le prouve puisqu'elle est de 1,1 contre 1 pendant la journée. Malheureusement, Jean-Pierre Dubois est déclaré non partant peu après le début de la réunion et le Grand Prix perd son grandissime favori avant d'être couru !
Le heat des chevaux du Grand Prix a toujours un côté solennel.
Matthieu Varin engage trois chevaux. Il faut le féliciter pour avoir renouvelé sa confiance à Romain le Creps pour CALINE TURGOT. Alors que Matthieu était suspendu, ce duo avait parfaitement maîtrisé la course de 3750 mètres et, comme il est le propriétaire du cheval et pas des deux autres, il ne pouvait courir que lui, donc Matthieu prend la décision de ne pas courir le Grand Prix. BY and BY est confié à Sébastien Hardy tandis que BANCO DE l'ITON l'est à Éric Audebert qui, autrement, n'aurait pas pu participer à cette épreuve qu'il a gagné cinq fois. Les préparatifs allaient bon train du côté des vans Varin et plus généralement dans le parking, la concentration de Sébastien Hardy étant impressionnante et révélatrice de l'enjeu à venir. Et autant Éric Audebert et Manuel Criado étaient décontractés au début de la soirée, autant on peut être sûr que ce niveau de concentration les a atteints avant la course, eux aussi.
Une fois entrés en piste, les chevaux défilent sous les yeux du public. Le silence et la voix de la commentatrice se fondent de manière impressionnante et on ressent profondément la dimension de l'évènement.
Il reste un peu de temps avant le départ et certains chevaux reviennent vers la ligne d'arrivée pour achever leur échauffement.
Et c'est - enfin - le départ ! Au premier passage sur la ligne d'arrivée, Romain le Creps et CALINE TURGOT sont en tête.
Puis, Frédéric Clozier met DIAPASON de PADD en tête de la course et mène bon train, creusant même un petit écart à l'entame du dernier tournant.
Mais, dans ce dernier tournant, Damien Laisis met CAMIROS du GOUTIER en action et finit par dominer Frédéric Clozier à mi-ligne droite pour l'emporter.
Passage de témoin !
Sur le podium, l'harmonie entre la Maire et la Présidente de la Société est une bonne nouvelle pour la pérénnité du meeting.

Vendredi 31 juillet 2020 : Treizième journée

C'est la dernière soirée du meeting et avant que ne tombe le rideau sur l'écran, le programme s'annonce alléchant, en particulier celui des trois dernières courses, qui forment le bouquet final de ce feu d'artifice hippique : Grand Prix, course finale du Monté et Grand Prix des amateurs sur 3750 mètres. La municipalité de Biarritz a changé, la nouvelle Maire étant Madame Maïder Arostéguy ; celle-ci viendra honorer de sa présence la soirée, accompagnée de plusieurs élus, à commencer par Monsieur Xavier Delanne, adjoint aux sports, aux clubs sportifs professionnels et aux loisirs.

Course 1 : Prix de Beaumont de Lomagne

Sur sa lancée de la veille, Manuel Criado l'emporte avec HOULGATE, devançant encore Denis Brossard, cette fois au sulky de HEGOA. Sur son chemin pour aller recevoir le trophée de Beaumont de Lomagne, Manuel Criado ne pouvait refuser de poser avec Stéphane Bouisson.

Course 2 : Prix Ace Event

Laurent Laudren obtient sa troisième victoire, avec HELEGANE JASMA et plutôt nettement. De son côté, Frédéric Clozier, deuxième au sulky d'HARDIE d'ABBEVILLE n'est vraiment plus loin du titre de meilleur driver.

Course 3 : Prix Tabac Presse l'Europe Lescar

Maxime Grasset avait été plutôt discret à Biarritz cette année. Il renoue avec la victoire au sulky de GIOTTA, dans des circonstances remplies d'émotion car le cheval est entraîné par Renaud Debue, qui habituellement le drive aussi et qui avait été victime d'un accident à Gabarret quelques jours avant. Derrière, les deux compères Denis Brossard (GLYNIS du PASSAGE) et Dominik Cordeau (GAZELLE de la RIVE) ne sont une fois plus départagés que sur le fil, au profit du premier.

Course 4 : Prix Jardins et Saveurs

Nils Pacha s'offre un doublé ... d'entraîneur, mais le driver qui gagne est Vincent Cabos avec GRACE de ROJO et une casaque de la Société, Nils lui-même étant deuxième au sulky de GAZON de MAI.

Course 5 : Prix du Conseil Départemental des Pyrénées-Atlantiques

Habituellement drivé par Frédéric Clozier, GOLD du CALICE l'était cette fois par Jérôme Chavatte, Frédéric étant au sulky de GEWURZTRAMINER (avec lequel il avait gagné l'an dernier). Cela n'a pas changé son occupation principale à Biarritz : gagner ! Pour la quatrième fois en deux ans et la troisième dans ce meeting. Vincent Cabos, de retour sous les couleurs de l'écurie Les Tilleuls, finit deuxième avec GALGANO.
Monsieur le Sénateur Max Brisson est également membre du Conseil Départemental des Pyrénées-Atlantiques et nous a déjà fait l'honneur de sa visite a de nombreuses reprises. Madame Maïder Arostéguy, nouvellement élue Maire de Biarritz, est également déjà venue plusieurs fois sur l'hippodrome de sa ville pendant le meeting. Les deux n'ont pas manqué de rendre visite à Denis Brossard et Dominik Cordeau qui, mieux que quiconque, représentent ce meeting et son histoire.

Course 6 : Prix d'Anglet

Privé de Cédric Terry, Patrick Terry dispose en Vincent Cabos d'un excellent driver, très en forme en cette soirée de clôture : avec COLORADO BELLO, cheval à l'aise à Biarritz, il l'emporte avec une seconde d'avance sur Romain le Creps et CRACKOR DE FORGAN.
C'est Monsieur Patrick Chasseriaud, adjoint à la ville d'Anglet et Conseiller Départmental, qui est venu remettre à Vincent Cabos son prix sous la forme d'un ouvrage sur la ville d'Anglet, meurtrie par l'incendie de la veille et que ce Prix met à l'honneur.

Course 7 : Grand Prix de la ville de Biarritz

Cette course est traitée à part.

Course 8 : Prix de l'aéroport de Biarritz

C'est la dernière course de monté du meeting et aussi la plus huppée. Outre le gagnant, elle permettra également de désigner le vainqueur du challenge après une lutte de haut niveau entre Céline Leclercq et Romain le Cresp, ce dernier suivant à trois points. Les deux jockeys retrouvent le cheval avec lequel ils ont couru la dernière fois, FESTIVAL GEMA pour l'une et FORTUNE FAITE pour l'autre.
Lors de la course elle-même, les deux prétendants au titre n'ont pas tenu un rôle majeur, FESTIVAL GEMA ayant même été distancé. Romain le Creps a terminé quatrième et s'est assuré le titre pour un point ! La victoire est revenue à Marie Darbord et FANDANGO GLYCINES, duo déjà vainqueur à la précédente course de monté et qui a réussi à distancer Adrien Ernault et FRILOUZ de KERNAS revenus du second poteau.

Course 9 : Grand Prix JC Malaurie et JF Maury

La dernière course des amateurs est l'épreuve phare dans cette catégorie, le 3750 mètres. Bien entendu, le prestige qu'apporte le succès dans cette épreuve est la principale motivation, mais pour le driver local Julien Dhoum, pour Léa Lizée et d'autres à un degré (mathématique) moindre, l'enjeu est aussi la troisième place du classement des amateurs. Elle est avant la course occupée par le premier nommé, qui suit Dimitri Crespel et Denis-André Langlois, déjà assurés de leur place, avec un point d'avance sur Léa Lizée qui vient de gagner les deux dernières épreuves pour les amateurs.
D'une longueur de 3750 mètres, la course se déroule dans un premier temps sur un rythme plutôt lent qui permet à Léa Lizée, venue du second poteau (d'où partaient aussi Julien Dhoum et Dimitri Crespel) au sulky de COME BACK, de remonter le peloton et de se porter en tête à la mi-course, à la hauteur de Jonathan Bordenave avec DARIUS du POUGET, pour s'en échapper aux abords de l'arrivée et gagner pour la troisième fois consécutive en amateurs, s'assurant ainsi la troisième place du classement.
Pouvait-on avoir une meilleure dernière photo aux balances (puis sur le podium) pour ce meeting ? Les lumières de l'hippodrome sont sublimées par les sourires et tout le bonheur qui en ressort, avec les familles Cordeau et Brossard, mais aussi Philippe Masschaele, Benoît Rouer, Manu Criado ou Loris Audebert ... Elle symbolise ce qu'est le meeting de Biarritz !

Jeudi 30 juillet 2020 : Douzième journée

L'avant-dernière soirée ne présente pas d'affiche particulière, le meeting se réservant pour son ultime date ! Néanmoins, les deux premières courses sont les dernières du championnat des apprentis dont le lauréat va être connu après. Il y a peu de suspense : François Lecathelinais a onze points d'avance sur Julian Cordeau ne peut gagner que si et seulement si il en marque au moins douze. Julian n'est pas, mathématiquement, le seul adversaire, mais les autres doivent gagner les deux courses, ce qui est pratiquement compliqué...
Nicolas Brossard est également présent et les préparatifs vont bon train dans le coin Brossard-Cordeau des stalles.

Course 1 : Souvenir Mazzochi

Charles Criado faisait un bon meeting, mais ses meilleures performances, avec notamment deux succès, étaient réalisées en dehors du classement des apprentis et il n'était pas un postulant au titre. Le voilà qui gagne cette première course avec FALCO du TEXAS en résistant au retour de Julian Cordeau et FANFARO BELLO.
Aux balances, Charles Criado était rejoint par son oncle Manuel Criado, venu courir les deux soirs à Biarritz. Victime d'un infarctus sur l'hippodrome de Toulouse au début de l'année, Manuel Criado avait recouru à la fin du confinement. Il n'était pas revenu à Biarritz depuis 2017 et il est aussi le dernier driver à avoir battu Frédéric Clozier et Éric Audebert au challenge des drivers (en 2013).
Retrouvailles avec Denis Cordeau.

Course 2 : Prix de l'espace commercial des Halles

Ayant marqué six points dans la première course, Julian Cordeau pouvait encore croire au titre de meilleur apprenti à condition d'en remarquer au moins autant. Malheureusement pour lui, il ne finit que cinquième avec FLORENTINE, dans une course dominée par FLORE de la MARÉE drivée par ... Charles Criado impérial dans ces deux courses d'apprentis.
Le doublé de Charles Criado offre le titre à François Lecathelinais, finalement vainqueur du challenge avec un point d'avance sur ... Charles Criado et deux sur Julian Cordeau.

Course 3 : Prix des Anciens Dirigeants

Les professionnels ... et les pères de famille ! ... retrouvent leurs prérogatives et c'est l'oncle qui gagne : Manuel Criado n'est pas revenu à Biarritz pour rien (le plaisir de le revoir se suffisait à lui-même !) et remporte sa 54ième victoire au sulky d'HARCO d'AGENVILLE qui disputait la deuxième course de sa carrière, lui qui avait débuté sur l'hippodrome des Fleurs au début du meeting.

Course 4 : Prix du Commandant Darizcuren

Frédéric Clozier poursuit tranquillement son chemin vers le titre de meilleur driver en l'emportant avec HADES de SUCE avec une seconde d'avance sur Laurent Laudren et HUGO du GASSEL.
La fumée que l'on voit s'élever dans le ciel est celle qui découle de l'incendie qui a ravagé la forêt de Chiberta à Anglet.

Course 5 : Prix du Cinéma le Royal

C'est toujours un plaisir de voir Norbert Vimond courir et gagner à Biarritz, cette fois avec GEISHA de FOURCADE, devançant un Stépahne Bouisson décidément omniprésent pendant ce meeting et drivant GRENADE NAY, déjà deuxième une semaine avant.

Course 6 : Prix du Rotary Biarritz Bayonne

Frédéric Clozier finit le meeting en trombe et commence à se détacher au classement des drivers en l'emportant avec GRIVE. C'est aussi sa 99ème victoire à Biarritz : le défi des 100 succès semble être à sa portée avant la fin ...

Course 7 : Prix Leclerc-Iraty

Jérôme Chavatte avait déjà gagné avec FIRST LADY en dédbut de meeting ; il récidive en cette soirée, en devançant FRAISE et Norbert Vimond, autre duo en forme sur notre hippodrome.

Course 8 : Prix des artistes peintres de la Place Louis XIV

Yves Hurel était de retour en tant que driver. La première course avec GERSOIS n'avait pas été une réussite, celle-ci se termine mieux, à la cinquième place en drivant GENTLEMAN JIJI. C'est cependant assez loin de Sébastien Hardy, net vainqueur au sulky de GREAT des LANDES devant Benoît Rouer et GLORY de BEAULIEU.

Course 9 : Prix France Bleu Pays Basque

Pour clore la soirée, Xavier Decaudin gagne avec DIRTY PAN et devance Dominik Cordeau et DONATO BELLO.

Mardi 28 juillet 2020 : Onzième journée

Course 1 : Prix Henry Levesque

De manière plus conforme à la tradition, la soirée s'ouvre avec une course de monté. Yves Hurel y aligne ÉLITISTE, bien connu à Biarritz et confié à Chloé Schotter, ainsi qu'un nouveau venu dans son écurie, FANDANGO GLYCINES, cheval requalifié et réhabilité par son nouvel entraîneur après une succession de mauvais résultats et une longue période sans courir. Il est monté par Marie Darbord, bien connue pour ses performances avec FED du PATURAL.
Marie Darbord s'impose avec FANDANGO GLYCINES avec le brio dont elle fait preuve en montant FED du PATURAL : elle termine avec une seconde d'avance sur Charly Bouteiller et FERRARI SOYER. ÉLITISTE termine cinquième. Ce beau succès est associé à l'excellente réduction de 1'16"0, qui est la deuxième meilleure performance historique au monté.

Course 2 : Prix de Villedieu les Poêles

Le duo Sébastien Hardy-HAUT de FORME renouvelle brillamment sa victoire récente, devant Melvin Kondritz qui obtient sa meilleure place dans le meeting avec HÉLORA du CYFLO.

Course 3 : Prix de la Real Sociedad

Très régulier dans ce meeting, Nils Pacha remporte son troisième succès, ici avec GREAT des TOUCHES devançant d'une seconde et demie Éric Audebert et GAMINE d'OURVILLE.

Course 4 : Prix Hipodromoa San Sebastian

Avec cette cours commence le festival Denis Brossard ! Revenu du second poteau par l'extérieur avec FURIOSO SMILING, il déborde les autres dans la ligne droite et s'impose finalement assez nettement, face à Éric Audebert et FILARMONIE.

Course 5 : Prix de San Sebastian Donostia

Frédéric Clozier continue sa remontée vers la première place du classement des drivers en l'emportant avec ELSON de l'ISOP, cheval aux couleurs de Yannck Henry et en contenant Denis Brossard et ELECTRA STAR.
Cette cinquième course était la dernière de Cédric Terry à Biarritz en 2020, ce triste évènement étant dû à une suspension couvrant les deux dernières journées. Il est dommage de devoir être privé d'un tel driver (notamment pour le Grand Prix) qui est une valeur montante du trot dans le Sud-Ouest, mais aussi en France puisqu'il est dans les dix premiers du classement du Sulky d'Or avec, à ce moment de l'année, plus de cinquante victoires.

Course 6 : Grand Prix de Bidart

Le Grand Prix de Bidart, disputé sur 2150 mètres, est une des épreuves rapides de prestige du meeting, celles où les records peuvent se battre. Et Denis Brossard, au sulky de CACHEMIRE BABOU, n'est pas loin de cet exploit, de même qu'Yvan Lacombe et ECHER MENUET, les deux duos étant départagés par la photo au profit du premier et avec la réduction de 1'14"5. C'est un peu la revanche du Grand Prix Baron d'Ardeuil, disputé plus tôt dans le meeting, puisque DÉFI NAY, qui avait gagné devant CACHEMIRE BABOU, termine troisième en retrouvant son entraîneur Stéphane Bouisson.

Course 7 : Prix d'Arbonne

Avant-dernière course amateur du meeting, cette septième épreuve de la soirée avait comme premier enjeu de savoir si Dimitri Crespel allait être sacré champion des amateurs à son issue. Et ... cela fut le cas, le champion 2019 renouvelant son succès en finissant troisième avec EXPRESS NOVO. Devant lui, Charly Clozier a terminé deuxième au sulky de EROS de TALONEY. Outre Dimitri Crespel, la grande gagnante de la soirée est la famille Brossard car Léa Lizée regagne une semaine après, drivant cette fois COCKTAIL de BONATE, entraîné par Denis Brossard et propriété de son compagnon Julien Matignon, qui obtient ainsi sa première victoire de propriétaire !

Samedi 25 juillet 2020 : Dixième journée

La dixième journée subissait la concurrence de la réunion de Villeréal, préférée par quelques sommités biarrotes comme Cédric Terry, Denis Brossard et Norbert Vimond.

Course 1 : Prix de l'Afasec Mont-de-Marsan

Si Cédric Terry était absent, Patrick Terry avait quand même engagé des chevaux et cela lui a réussi dans cette course d'apprentis : François Lecathelinais l'a emporté (pour lui, c'est la deuxième victoire consécutive ici) au sulky de EDEN du QUENNE (pour le cheval, c'est la troisième victoire consécutive, dont deux ici), tandis que Maxime Bourahoui et ETHAN DRIVE finissaient troisièmes. Thomas Ducos s'est intercalé entre les deux avec ELIOT DAIRPET.

Course 2 : Grand Prix du Radisson Blu

Yohann Faux n'était pas venu depuis 2018 à Biarritz et bien lui en a pris puisqu'il a gagné, pour sa première victoire ici, avec HERMES DELUSS vainqueur quant à lui pour la première fois de sa carrière. Franck Marty n'était pas non plus venu à Biarritz pour ce meeting et lui finit deuxième au sulky de HOTELLO DESBOIS.

Course 3 : Prix Hôtel le Biarritz

Guillaume Marin découvre le meeting et celui-ci lui a réussi dès le premier jour puisqu'il a gagné avec FUN LOVER. Depuis, la bonne impression s'est confirmée mais la soirée va montrer qu'on pourrait bien tenir en lui un futur spécialiste de Biarritz. Et cela commence par une victoire avec GOALKEEPER, dont la portée est augmentée par la deuxième place de Frédéric Clozier, au sulky de GOOD REALITY.

Course 4 : Prix d'Angoulême

Les vainqueurs précédents avaient apporté une note d'originalité pas forcément du goût d'Éric Audebert qui reprend les choses en main en s'imposant avec GO GO TIMOKA, une fille de TIMOKO. Mais Guillaume Marin continue à se montrer en finissant deuxième avec GIULLIA d'ARSA.

Course 5 : Prix FlashCompo

Inarrêtable en cette soirée, Guillaume Marin gagne à nouveau, cette fois avec GLORIA de BELLANDE, qui avait gagné une semaine avant avec Tom Beauvais (présent à la hauteur du poteau d'arrivée et très enthousiaste !). Avec deux victoires et une deuxième place (puis une troisième ensuite), Guillaume Marin sera sans contexte le driver de la soirée !

Course 6 : Prix Jacques Cordeau

La famille Cordeau fait partie de l'histoire du meeting et le Prix Jacques Cordeau voit toujours une partie de la famille venir sur le podium remettre la récompense. Le driver qui l'a reçu est cette année Claude Charles Vaugrante, vainqueur avec FLAMBOYANT JIEL. Ce cheval appartient à Jean Laborie, ce qui a ravi les Cordeau ! Anthony Honoré, récent vainqueur, a fini deuxième avec FIRA, devant Guillaume Marin, décidément en grande forme et ici au sulky de FRANC ATOUT.

Course 7 : Prix www.polin.fr

La septième course, prix de notre ami photographe Robert Polin, était une épreuve de monté. Avec la présence de Céline Leclercq, ces courses sont valorisées. Néanmoins, elle n'a pu gagner celle-ci, finissant troisième avec FESTIVAL GEMA et c'est un duo en forme, Romain le Cresp et FORTUNE FAITE, qui s'est imposé, non sans quelques frayeurs d'allure alors qu'ils étaient largement en tête. EZIOR et Marie Morandeau séparent les deux prétendants au titre de meilleur jockey.

Course 8 : Prix de l'auberge Estanquet

Après sa deuxième place dans la deuxième course, Franck Marty montre en l'emportant avec FINE BLONDE LUGUI qu'il n'est pas revenu pour rien et se rappelle au bon souvenir des fans du meeting. Il bat un duo en forme, FILANTE d'YVEL et Benoît Rouer, tandis que Frédéric Clozier complète à la fois le podium et le succès de l'entraîneur Franck Marty.

Jeudi 23 juillet 2020 : Neuvième journée

La neuvième journée avait un programme prometteur avec comme point d'orgue la course d'endurance de 3750 mètres, le Prix du Président de Folleville. En plus de ce grand homme de l'histoire des courses locales, André-Louis Dreux et Jean-Maurice Beteau avaient leur nom associé à des Prix, ce qui ajoute l'émotion à l'intérêt sportif.

Course 1 : Prix André-Louis Dreux

L'histoire ne dit pas s'il y a un hippodrome à Poudlard. Si c'est le cas, HERMIONE GRANGER sera prête : elle était venue débuter à Biarritz avec Romain le Cresp et là voilà qui gagne en étant drivée par son entraîneur Stéphane Bouisson !
Stéphane Bouisson, driver et entraîneur, réalise un meeting de toute beauté.

Course 2 : Prix du Journal Sud-Ouest

Denis Brossard et Dominik Cordeau sont amis : pourquoi a-t-il fallu que la photo les départage et n'aboutisse pas sur un dead-heat ? Le premier nommé a gagné avec HIGHWAY NARCY, devançant le second au sulky d'HILAIRE des PLANS.

Course 3 : Prix André Bleuze

François Lecathelinais court habituellement pour Patrick Terry. Dans cette course d'apprentis, c'est sous les couleurs de Charlotte Lefebvre qu'il s'impose, au sulky de ELLE et LILA, devançant d'extrème justesse EDDY MARCEAUX drivé par Julien Pasquier.

Course 4 : Prix ECharge

Très apprécié à Biarritz, Philippe Masschaele n'avait pas encore gagné pendant ce meeting, ni même en cette année 2020 ! C'est chose faite à l'issue de cette course avec HALLOWEEN et de brillante manière puisque l'écart avec les deuxièmes Christope Feyte et HORACE des CHAMPS est de deux secondes !

Ce Prix ECharge a permis de mettre en valeur un nouveau partenaire : ECharge, lié à la transition énergétique et utilisant les chevaux sur la piste pour basculer des chevaux vapeur aux chevaux électriques !

Course 5 : Prix Bruno Martin

Auteur d'un excellent début de meeting, Romain le Cresp n'avait pas gagné à Biarritz depuis plusieurs journées. Il retrouve le chemin de la victoire en offrant à GRANITA des BOIS le premier succès de sa carrière de vant Stéphane Bouisson et GRENADE NAY.

Course 6 : Prix du Domaine de Bassilour

Benoît Rouer est en train de réussir son meeting de Biarritz et GHOST de BEAULIEU n'y est pas pour rien. Le duo remporte sa troisième victoire consécutive (la deuxième à Biarritz) en s'imposant face à Éric Audebert drivant GUÉPARD du LYS.

Course 7 : Prix Jean-Maurice Beteau

Cette course fait partie de celles qui vont vite et l'édition 2020 n'a pas failli à cette tradition. Éric Audebert s'y alignait avec DORIA et on attendait beaucoup de ce duo qui avait été efficace dans le passé à Biarritz, trois fois vainqueur en 2018 et une fois en 2019. De son côté, Cédric Terry préparait DAKI du DORAT.
Mais Guillaume Cardine avait aussi des ambitions et un cheval rapide. Quatrième du Prix du Président Odriozola après en avoir été l'animateur avec DÉESSE des NOÉ, il s'alignait avec BRUMES de LUNES. Et c'est lui qui allait finalement l'emporter, battant Cédric Terry dans le sprint final, alors qu'Éric Audebert complétait le podium. La course avait été effectivement plutôt rapide, la réduction du vainqueur étant 1'15"2.

Course 8 : Grand Prix du Président de Folleville

Vainqueur en 2019, BY AND BY était de retour cette année, mais Matthieu Varin devait se contenter du statut d'entraîneur, étant suspendu. Le sulky était confié à Vincent Cabos. Matthieu Varin engageait deux autres chevaux : CALINE TURGOT, confiée à Romain le Creps et BANCO de L'ITON qui l'était à Guillaume Marin. Toute l'équipe se préparait entre les camions du fils et du père.
ARGINIO des GODINS était également présent avec Charles Criado. Avec BY AND BY, ce cheval avait égalé en début de meeting le record de la piste. Mais là, il s'agit de 3750 mètres, donc il faut durer dans la performance et le rythme imprimé par Denis Brossard et CALIN NARCY scelle le sort de ces chevaux du second poteau qui n'arrivent pas à figurer dans cette course. Bien calés dans le dos de CALIN NARCY, Romain le Creps et CALINE TURGOT le débordent dans la ligne droite pour l'emporter brillamment devant Nils Pacha et CERISE d'ASNOIS, Denis Brossard étant troisième. Romain le Creps égale le record de Jean-Claude Paulard et DORMANS qui datait de 2000 en réalisant la réduction de 1'17"0.

Course 9 : Prix de Grenade-sur-Garonne

Dimitri Crespel, très motivé par le challenge des amateurs, a essayé de dominer la course, mais il finit finalement quatrième. Ce sont Thomas Prudhon et ESPOIR du MENIL qui l'emportent, devançant Julien Dhoum et DREAM de LANDEMER, le driver basque effectuant un excellent meeting.

Mardi 21 juillet 2020 : Huitième journée

La frénésie de la septième journée ne se retrouve pas sur l'hippodrome, plutôt tranquille avant cette soirée du parking où les drivers préparent leurs chevaux à la piste, entretenu par les tracteurs.

Course 1 : Prix Petit Futé

Une fois lancées, les soirées de Biarritz changent de rythme et le temps semble s'accélérer comme pour mieux s'adapter à ce qui se passe sur la piste. Désireux d'accompagner cette évolution, le Dieu des courses décide d'attribuer la première épreuve à un driver pressé : Cédric Terry est de retour de Beaumont où il a couru huit fois dans l'après-midi ! Il l'emporte avec un cheval très pointilleux dans le choix de ses drivers, HALL TOP, récent vainqueur avec Éric Raffin. Philippe Masschaele qui souffre un peu dans ce meeting, trouve une place plus conforme à son niveau en finissant deuxième avec HOLDEM POKER.

Course 2 : Prix Baskulture - Lettre du Pays Basque

Sébastien Hardy effectue un excellent début de meeting : quatorze fois dans les cinq premiers, dont six podiums. Il lui manquait une victoire et cette course, où il s'impose avec HAUT de FORME répare ce manque. Driver en forme et au milieu des chapeaux de Baskulture, le nom du cheval le prédestinait à cette victoire !

Course 3 : Prix Secagest

Décidément en forme, Sébastien Hardy gagne sa deuxième course consécutive de la soirée, finissant plus à la lutte cette fois, avec GENY de CAHOT et devançant Frédéric Clozier et GIGOLO d'ÉMERAUDE. Sébastien peut alors aller mesurer sa popularité sur le podium !

Course 4 : Prix Haribo

La quatrième course est au monté. Comme sa réussite nationale avec FED du PATURAl le montre, Yves Hurel semble presque reconverti dans l'entrainement pour ce type de compétition (BILOOKA du BOSCAIL étant une notable exception !). Il a deux engagés dans la course, GARANCE de FAVEROL avec Aurore Toussaint et GYULA du PATURAL avec Marie Darbord. Ses deux chevaux courent bien, le premier finissant troisième et le second sixième. Néanmoins, c'est Maxime Yvon et GAVOTTE de BETTON qui gagnent la course, devançant Mathilde Paillard et GLADYS TARTIFUME.

Course 5 : Prix de l'hippodrome Bordeaux le Bouscat

Cédric Terry double la mise en cette soirée et il le fait avec FRYDAO de MISSY, devançant Benoît Rouer au sulky de FILANTE d'YVEL qui avaient gagné en début de meeting.

Course 6 : Prix Hôtel Val Flores

L'association Frédéric Clozier / GOLD du CALICE fonctionne de manière parfaite à Biarritz : déjà vainqueur en 2019, renouvelant son succès au début du meeting, le duo récidive en l'emportant devant GIACOMOKO qu'on avait vu avec Yves Hurel et qui était cette fois avec Quentin Machet.

Course 7 : Prix des Foies Gras Biraben

Et de trois pour Cédric Terry ou une journée marathon de quinze courses qui se termine bien ! C'est au sulky d'ESCUDERA qu'il s'impose facilement face à Corentin Delbecq pourtant décidé à gagnger avec DIVINE MONCEAU. Avec ce triplé, Cédric Terry montre l'étendue de son talent et conforte sa place dans les dix premiers du sulky d'or avec plus de cinquante victoires !

Course 8 : Prix d'Arcangues

La course amateur a donné lieu à un nouveau duel entre Dimitri Crespel (avec DREBEN d'AM) et Denis-André Langlois (avec ENVOL THE BEST), qui ont fini ensemble aux deuxième et troisième places, mais néanmoins battus par Léa Lizée et DÉFI ORAGEUX, cheval de Philippe Masschaele souvent en vue à Biarritz.

Vendredi 17 juillet 2020 : Septième journée

Le 17 juillet 2019, Eric Audebert, Stéphane Bouisson, Denis Brossard et Dominik Cordeau couraient ensemble la sixième course. Un an après, en ce vendredi 20 juillet 2020, on retrouvait au départ les mêmes noms avec des prénoms différents : ce sont Loris Audebert, Yoan Bouisson, Margaux Brossard et Julian Cordeau qui allaient disputer cette course ensemble !
Voir arriver ainsi sur la piste, pour courir, les enfants des drivers ayant fait l'histoire du meeting de Biarritz est un évènement rempli d'émotion et de fierté que nous avons suivi de près !
Pour Margaux Brossard, il s'agissait de sa première course à l'hippodrome des Fleurs.
De son côté (pas loin de celui des Brossard, d'ailleurs), Loris Audebert venait de courir sa première course avec un cheval entraîné par son père et s'apprêtait le faire pour la deuxième fois avec un cheval d'Emmanuel Varin.
Plus expérimenté, Julian Cordeau venait de son côté de gagner sa première course à Biarritz et allait courir avec un cheval entraîné par un membre de la famille, Pascal-Jean Cordeau, qui participait lui aussi à la soirée.

Course 1 : Prix le Longchamp Bar PMU Bayonne

Les fortunes ont été diverses dans cette course pour nos quatre héros, mais l'un d'entre eux a magistralement dominé la situation : Yoan Bouisson s'est imposé avec CAMÉLIA NAY, devant Morgane Pitoizet qui, pour la deuxième course de sa carrière, a obtenu un bel accessit au sulky de DÉFI ORAGEUX, cheval très à l'aise à Biarritz.
C'est la première victoire de Yoan Bouisson à Biarritz et, outre le fait qu'elle confirme le très bon meeting de Stéphane Bouisson, elle est aussi remplie d'émotions. Nul doute que Yoan et Stéphane l'auront dédiée à Robert, grand-père et père, disparu en avril dernier et qui a couru de nombreuses fois à Biarritz, remportant même le Grand Prix.

Course 2 : Prix du bar PMU Saint-Pierre

La formidable capacité d'Éric Audebert à saisir toutes les occasions de victoire sur l'hippodrome des Fleurs n'est plus à démontrer et c'est le cas ici : il l'emporte avec HANDSOME DREAM à l'issue d'une course où on retrouve une arrivée de spécialistes biarrots, puisque Sébastien Hardy, Cédric Terry et Frédéric Clozier le suivent dans cet ordre !

Course 3 : Prix Choko Ona Anglet

Tom Beauvais semble apprécier la piste de Biarritz : en 2019, il avait lutté jusqu'au bout pour le titre de meilleur apprenti et le voilà qui s'impose en battant dans le sprint final ces deux drivers d'expérience que sont Dominik et PJ Cordeau (et Cédric Terry ensuite). Il s'offre ainsi une victoire de prestige, qui st aussi sa première de l'année, au sulky de GLORIA de BELLANDE et il peut savourer !

Course 4 : Prix Mic Cheval de Fer

Cette course était associé à un nouveau partenaire, on ne peut plus adapté au milieu des courses : Mic Cheval de Fer, présent sur l'hippodrome avec un stand pour présenter et vendre ses produits.
Le vainqueur de la course n'a pas dû déplaire à Mic Chevaldefer puisque c'est Denis Brossard, qu'il connaît bien, qui a gagné, en dominant avec GALWAY du VALLON Cédric Terry et GUYENNE.

Course 5 : Prix Los Dos Hermanos

L'arrivée de la cinquième course a opposé deux duos drivers/chevaux en forme, qui avaient gagné leur dernière course. Ce sont GHOST de BEAULIEU et Benoît Rouer, récents vainqueurs à Monpazier, qui l'ont emporté, battant GABARRET et Laurent Laudren qui eux s'étaient imposé à Biarritz.

Course 6 : Prix du Tabac des Cinq Cantons

Anthony Honoré avait gagné sa toute première course à Biarritz en 2005 où il avait assez peu couru ces dernières années. Il remporte ici sa huitième victoire biarrote, au sulky d'ESPOIR du BUISSON. Il devance Guillaume Marin qui, de son côté, décrouvre notre hippodrome, et qui était au sulky de FUN LOVER. Ce duo avait gagné lors de la première soirée.

Course 7 : Prix du Président Odriozola

Le Prix du Président Odriozola est traditionnellement une épreuve rapide, disputée sur 2150 mètres. On y a vu en 2019 se battre le record de la piste, Frédéric Clozier et AVENIR d'OR réalisant la réduction de 1'14"6. Patrick Terry n'a pas fait les choses à moitié en engageant ... la moitié des partants de cette course ! C'est donc une impressionnante armada qui se dirige vers la piste pour courir cette épreuve.
Malheureusement, sur la piste, les choses ne se passent pas comme prévu : tour à tour, François Lecathelinais, Vincent Cabos et Cédric Terry sont distancés. Il ne reste alors que Frédéric Clozier, de damier rouge et blanc vétu au sulky de CAFTAN BESP et la course est menée à grand train par Guillaume Cardine et DÉESSE des NOÉS.
Et s'il n'en reste qu'un, ce sera celui-là : Frédéric Clozier confirme à tous les niveaux : il est abonné à la victoire dans le Prix Odriozola, il va vite, il va en fait très vite car il atomise le record de la piste, son record, en réalisant 1'14"1 !
Comme pour mieux valoriser son succès, il devance Dominik Cordeau (CALVIA) et Denis Brossard (CALLAS de MARZY) et battre ces drivers-là à Biarritz n'est pas rien.

Course 8 : Prix du PMU City Anglet

C'est une autre armada qui se présente au départ de cette course : plus réduite (il y a trois chevaux), moins présente en proportion (il y a onze partants), elle est visuellement plus impressionnante dans la nuit, les drivers étant tous en casaque majoritairement noire. À leur tête, Yannick Henry, qui a fait appel aux services de Cédric Terry et Patrice Gesret.
On n'est jamais aussi bien servi que par soi-même : c'est le Boss qui l'emporte avec GOLF de CEJY, la quatrième place de Cédric Terry et GASBY du FER complétant le succès de l'équipe.

Course 9 : Prix PMU Les Cahiers de Chine Anglet

Nous avions laissé Denis-André Langlois dans l'espoir de sa première victoire dans ce meeting après trois deuxièmes places et il n'a pas fallu attendre longtemps : il l'emporte magistralement avec ESPOIR d'AMOUR et la joie est à son comble. Dimitri Crespel finit troisième avec ENGADA DOLUCIO, faisant plus que limiter les dégats au challenge des amateurs.

Mercredi 15 juillet 2020 : Sixième journée

La nouvelle principale de la soirée est sans doute le retour à Biarritz de Dominik Cordeau, pas encore vu dans le meeting. On peut aussi signaler plus négativement l'absence de Cédric Terry qui aura raté deux réunions pour cause de suspension.

Course 1 : Prix Facon de Fer

Les quatre chevaux débutants de cette course n'ont pas eu de réussite et Éric Audebert a magistralement gagné avec HERTA de la BESVRE, devançant Hervé Beaumont et HARDI, puis Nils Pacha, ce dernier commençant là une bonne soirée pour lui.

Course 2 : Prix YCAA

La forme de Charles Criado dans ce meeting ne se dément pas : il remporte sa deuxième victoire en deux réunions, ici avec FOREVER de MONCHEL. Sébastien Hardy, quant à lui, collectionne les accessits, coiffant sur le fil, au sulky de FLOCON des LANDES, Dominik Cordeau et FANFARO BELLO.

Course 3 : Prix EIFFAGE

Un peu malheureux dans le final de la deuxième course, Dominik Cordeau l'est encore plus ici car, au sulky de GIANT PYLA, il est battu à la photo par Xavier Decaudin et GIGOLO PAN, les deux duos arrivant détachés devant Nils Pacha et GAVOTTE des CHAMPS.

Course 4 : Prix Jean Toussaint

L'écurie de Patrick Terry doit se passer de Cédric, mais elle dispose en Vincent Cabos d'un excellent driver capable de l'emporter aussi ! C'est ce qu'il fait dans cette course, emmenant nettement GAGLGANO au succès. Éric Audebert et GUÉPARD du LYS, et Stéphane Bouisson avec GEKO de ROUAISSE débordent de chaque côté le deuxième cheval de l'écurie Terry dans le sprint final.

Course 5 : Prix d'Auch

En dehors de Cédric Terry, les Maîtres de Biarritz sont tous là ce soir et Frédéric Clozier y va lui aussi de sa victoire, au sulky de FAN d'USSEDA, se rapprochant encore de son centième succès local. Par rapport à la quatrième course, Stéphane Bouisson et Éric Audebert échangent, avec respectivement FLEUR de LIN et FRESH MINT, leur place sur le podium.

Course 6 : Grand Prix Baron d'Ardeuil AOC Buzet

Cette course est l'épreuve phare de la soirée et Nils Pacha vient y remporter une victoire de prestige qui récompense un fidèle de Biarritz (il avait déjà remporté un Grand Prix Baron d'Ardeuil en 2019). Il domine la situation en drivant CERISE d'ASNOIS, devançant Vincent Cabos, en forme lui aussi, avec COLORADO BELLO. Frédéric Clozier complète le podium devant Éric Audebert qui retrouvait DORIA, jument avec laquelle il a toujours bien réussi à l'hippodrome des Fleurs.

Course 7 : Prix Thalmar

Céline Leclercq confirme sa grande classe au monté en gagnant avec ÉVITA D'ESTRÉE, battant les combatifs Nils Pacha et EVAN PHIL, déjà deuxièmes plus tôt dans le meeting.

Course 8 : Prix du Petit Train de la Rhune

La course des amateurs est la dernière de la soirée et les Langlois père et fils, Denis-André et Camille, vont la disputer tous les deux au cœur de la nuit. Le camion est installé tout au fond du parking, peut-être pour mieux se préparer à l'obscurité, et nous nous sommes permis avec (un) Téléphone quelques photos perdues dans la nuit, quelques photos qui trainent peu avant minuit, pour les accompagner. Le cérémonial est classique, vers l'entrée en piste (où Camille est suivi par un autre "fils de", Charly, celui de Frédéric), puis quelques échauffements pour courir, enfin. Camille fait une course sage au cœur du peloton et finit sixième. Denis-André obtient sa troisième deuxième place consécutive : s'il ne gagne pas une course dans ce meeting, c'est à croire que la nuit n'a pas de cœur.
En effet, la course des amateurs a vu une nouvelle victoire de Dimitri Crespel, très motivé dans pour le challenge des amateurs et cette fois au sulky d'un DREBEN d'AM très exigeant à l'abord du dernier tour !

Lundi 13 juillet 2020 : Cinquième journée

Avec deux courses dédoublées, cette soirée en comptait neuf. La grande nouvelle était la venue du vainqueur du sulky d'or 2019, leader de celui de 2020 : Éric Raffin. Celui-ci était déjà venu à deux reprises en 2019, remportant quatre victoires, et le moins que l'on puisse dire est qu'il n'allait pas faire les choses à moitié en courant huit des neuf courses au programme, y compris celle au monté, ne pouvant s'aligner à la course des apprentis ! Beaucoup de heats, donc, pour Éric Raffin et ce dès le début.
On pouvait également noter la présence de nos amis de TVPI venus sur l'hippodrome pour présenter le meeting. Cela a commencé par une interview de la Présidente, Denis Brossard étant sollicité à son tour un peu plus tard dans la soirée.

Course 1 : Prix du Pôle Équestre de Biarritz

L'impressionnant palmarès de la dynastie Cordeau à Biarritz s'enrichit d'une victoire : celle de Julian Cordeau, le fils de Dominik, qui est la première à l'hippodrome des Fleurs. Elle a donc lieu dans cette course d'apprentis, au sulky de DANDY PAN.

Course 2 : Prix de la Pena Taurine Bayonnaise

Inutile de dire qu'Éric Raffin est très attendu par le public et ses joueurs pour lesquels seul un succès est l'issue possible de la part d'un champion de cette trempe ! Mais, renforçant la glorieuse incertitude du sport, le profil de l'hippodrome est très particulier et il n'y a rien de couru d'avance. Cela n'empêche pas Éric Raffin de mener HALL TOP au sommet du classement. Benoît Rouer confirme ses aptitudes sur la piste de Biarritz, lui qui a débuté ici en 2019, avec HENRY d'AUBERVILLE et Frédéric Clozier commence une bonne soirée au sulky de HAVANA du BUC.
Le défi est lancé et Monsieur de la Palice n'aurait pas renié le message qui l'accompagne : « pour gagner, il faudra me battre ».

Course 3 : Prix Hélène Goubis

Éric Raffin a gagné trois fois le Prix du Cornulier et cinq fois l'Étrier d'or et cette course au monté avec HOLLY STAR THONIC pourrait sembler être une formalité. Mais, face à lui, se présente Céline Leclercq, elle-même vainqueure du Cornulier, qui ne compte pas lui laisser la victoire dans cette épreuve finalement de prestige ... et qui ne lui laisse pas, s'imposant avec H'ÉLECTRIQUE, récent vainqueur à l'attelé avec Romain le Creps. Troisièmes de peu, Pauline Beluze et HIPSWAY sont bien encadrés sur la ligne.

Course 4 : Prix Aupa BO

C'est sa première victoire en 2020 pour Charles Criado qui est au sulky de GOOD LUCK BAM. Il termine devant Benoît Rouer, deuxième pour la seconde fois de la soirée, ici avec GO FAST BEAULIEU.

Course 5 : Prix JAB Football

Éric Raffin avait été distancé dans la course précédente et il tient ici à prendre sa revanche avec GÉNÉRAL de BENGALE. Il mène une bonne partie de l'épreuve mais Arnaud Barré vient le battre dans le sprint final au sulky de GAYA des ROSEAUX.

Course 6 : Prix du BOPB - Souvenir Jean Barbertéguy

GOLD du CALICE et Frédéric Clozier s'entendent à merveille : ils avaient gagné ici ensemble l'an dernier, puis en janvier à Toulouse, et ils récidivent dans cette course, devançant nettement Vincent Cabos et GAMINE ALDO.

Course 7 : Prix du Getso

Cette course est le point d'orgue de la soirée et elle est le cadre d'une superbe prestation de Romain le Creps au sulky de FABULEUX de CORDAY, qui s'impose à Éric Raffin et FADETTE d'AURCY, Benoît Rouer venant confirmer sa bonne soirée avec FAITH OF MAGALOU pour la troisième place.
Après le monté, c'est la deuxième victoire de la soirée pour un Emmanuel Varin ravi.

Course 8 : Prix du Musée Historique

Avant les deux dernières courses de la soirée, Éric Raffin en est à une victoire et trois deuxièmes places. Beaucoup de drivers seraient satisfaits avec ce type de résultat, mais est-ce vraiment le cas du leader du sulky d'or ? Pour ne pas avoir à se poser la question, il commence par gagner cette épreuve, avec FAMOUS DREAM. L'arrivée est parfaitement échelonnée entre les quatre premiers, de Matthieu Varin (FLEUR DU SURFIN) à Étienne Clozier (FOLLENN d'ENOGAT) en passant par Guillaume Marin (FANFAN de JADE) (avec un dixième entre chaque concurrent).

Course 9 : Prix des Fleurs

Pour finir, Éric Raffin enfonce le clou en remportant la dernière course avec FÉTICHEUR en prenant sa revanche sur Romain le Creps avec FODJA du GUESCLIN, Denis Brossard obtenant son cinquième podium du meeting, cette fois au sulky de FILOU NICAUX.
Éric Raffin, applaudi sous le podium par le public à l'issue de la première course, a donc parfaitement assumé son rôle, avec trois victoires et trois deuxièmes places. Il a confié qu'il reviendrait une fois dans ce meeting.

Samedi 11 juillet 2020 : Quatrième journée

Cette soirée est celle du retour du public ! Mais cet été ne sera pas comme les autres et les spectateurs auront, entre autres, l'obligation de porter le masque. Néanmoins, cette réouverture sera un franc succès, et le restaurant, la buvette et les guichets PMH seront bien occupés toute la soirée.

Course 1 : Prix d'Agen

Étienne Clozier effectue un début de meeting de toute beauté, avec bon nombre de podiums, mais il n'avait pas encore gagné. C'est chose faite dans cette course : au sulky d'ELHOUA de l'AUBE, il l'emporte nettement devant Alex Laigron et ÉGLANTINE de MONTI. À ce stade du meeting, les Clozier comptent une victoire chacun !
Cette course était aussi la première de Loris Audebert, le fils d'Éric, à Biarritz ! Verdict : une honorable sixième place à partir du second poteau, obtenue à l'issue d'un joli sprint final.

Course 2 : Prix d'Eauze

Première course 2020 à Biarritz pour Damien Laisis et première victoire, avec HAPPY LADY, détachés devant Éric Audebert et HOLIDAYS d'HUON, puis, encore plus loin, Stéphane Bouisson et HÉLOISE du PERCHE.
Charles Criado (numéro 9) était distancé.

Course 3 : Prix FlashCompo

La troisième course voit une nouvelle victoire d'un cheval détaché et c'est Matthieu Varin qui confirme son très bon début de meeting en l'emportant avec GARDEN DREAM en ayant 1"6 d'avance sur Arnaud Barré et GUELDRE BLEUE. Stéphane Bouisson est de nouveau troisième, cette fois avec GATWICK.
Maxime Grasset (numéro 8) était distancé.

Course 4 : Prix Souvenir Jonny Ruffato

Encore une victoire nette et sans bavure en cette soirée ! C'est cette fois Benoît Rouer qui gagne, avec FILANTE d'YVEL . Hervé Beaumont et FANNY du PLATEAU suivent à bonne distance, tandis que Romain le Creps finit troisième avec FULMINA BELLA.

Course 5 : Prix Elidis

Avec deux troisièmes places, Stéphane Bouisson avait bien commencé la soirée (et d'une manière générale le meeting tout en déléguant certaines montes à cause d'une suspension). Il gagne la course au sulky de FLASH POINT, avec cette fois une arrivée serrée où il domine de peu Robin Bouvier et FRUIT de FLEUR, ainsi que Jérôme Chavatte avec FEEL GOOD DUEM.

Il peut alors tranquillement revenir pour se voir décerner le Prix par notre nouveau partenaire Elidis sur le nouveau podium situé en face de la dernière stalle.

Course 6 : Prix de Toulouse

La casaque est noire, la toque aussi et le cheval est sombre : Romain le Creps et FARO du COURTILLE se fondent dans la nuit qui a envahi l'hippodrome pour l'emporter devant Cédric Terry, dans le rôle du chevalier blanc au sulky de FRYDAO de MISSY, rôle qu'aurait pu endosser le troisième, Sébastien Hardy, avec FRANC ATOUT.
Romain le Creps est heureux, mais aussi ému de cette victoire obtenue avec un cheval de son ami Samuel Zamparo.

Course 7 : Prix du Président Dartenucq

Jérôme Chavatte confirme qu'il ne vient pas courir à Biarritz pour rien : après sa victoire de jeudi, une troisième place en cette soirée, il gagne avec EVOLI JIEL en s'imposant devant les deux chevaux de l'écurie Terry : DANTE TURGOT, drivé par Vincent Cabos et EDDY du VIVIER, qui l'est par Cédric Terry.

Course 8 : Prix du Château de Fontbonne

L'heure des amateurs est arrivée et on retrouve bon nombre d'habitués, à commencer par l'ancien footballeur de Toulouse et Monaco, Jean-Marc Ferratge, mais aussi Denis Cordeau, notre maréchal-ferrant, Julien Dhoum, Dimitri Crespel, qui défend son titre de 2019 ou Léa Lizée.
C'est Jean-Michel Empeytaz qui l'emporte très nettement avec DOLLE du BOIS, jument entraînée par Samuel Zamparo. Il devance Julien Dhoum et DARIUS du POUGET, puis Jean-Marc Ferratge drivant DAISY TURGOT.

Jeudi 9 juillet 2020 : Troisième journée

L'hippodrome se réorganise en prévision de la nouvelle phase du déconfinement. Le restaurant de nos amis de Jardins et Saveurs et les locaux du PMH, avec la protection des spectateurs contre les intempéries, ont repris leur place et le vide un peu déprimant qui régnait jusqu'à présent ne sera samedi qu'un mauvais souvenir que nous espérons ne pas voir revenir.

Néanmoins, la journée était encore à huis clos et les préparatifs masqués ressemblaient à ceux des deux journées précédentes.

La journée était dédiée aux chevaux ayant gagné deux fois le Grand Prix (voir notre page sur l'histoire de Biarritz), ainsi qu'à VAISONNAIS D, trois fois vainqueur du Critérium de Vitesse.

Course 1 : Prix Ultra Petita

Sébastien Bazire et HE STAR DU CALICE remportent une victoire tranquille (autant que faire se peut sur un sulky) devant Étienne Clozier, qui accumule les podiums en ce début de meeting et qui drive ici HONNEUR de FAEL.Nils Pacha commence une bonne soirée en étant troisième avec HAUT DE FORME.

Course 2 : Prix Ultra Petita

Le Prix Ultra Petita était dédoublé et Éric Audebert trouve encore le chemin du succès, ici avec HOLÉA de VIVE, en battant de peu Charles Criado et HAVANE des RACQUES bien revenus. Plus loin suivent Frédéric Clozier et HAMÉLIA DU CALICE.

Course 3 : Prix Infant d'Autize

Cédric Terry et Éric Audebert sont à la lutte pour la première place du classement des drivers. Dès lors, il n'y a rien d'étonnant à ce qu'à une victoire d'Éric en succède une de Cédric, venu avec GUYENNE, obtenue également in extremis, cette fois face à Nicolas Bazire et GALINKA de MIRANDA sous les couleurs de Sébastien-du-même-nom.

Course 5 : Prix Trésor Breton

Jérôme Chavatte n'était pas venu à Biarritz en 2019 et son retour sur une piste qui lui avait valu de belles satisfactions en 2017 (8 victoires dont le Grand Prix) est tonitruant : il l'emporte avec FAIR LADY devant Nils Pacha et FÉE ROYALE, puis Frédéric Clozier au sulky de FERRARI SOYER.

Intermède : Yves Hurel

La quatrième et la sixième course concernaient les deux doublés d'Yves Hurel, réalisés à 36 ans d'écart avec JOUTEUR du CLOS et BILOOKA du BOSCAIL. Il se trouve que, sous ses couleurs, ÉLITISTE courrait au monté la quatrième et que lui-même était engagé avec GIACOMOKO sous celles de Richard Westerink pour honorer BILOOKA du BOSCAIL.
ÉLITISTE et Marie Darbord.
Éric Audebert et Yves Hurel : neuf victoires au Grand Prix à eux deux !!

Course 4 : Prix Jouteur du Clos

Malheureusement pour Yves, ÉLITISTE n'a pas tenu la distance et n'a pu faire mieux que huitième dans une course remportée par Chloé Schotter et ÉLIXIR du PADOUENG.

Course 6 : Prix Bilooka du Boscail

Pour cette course, Yves Hurel se prépare comme s'il allait courir BILLOKA du BOSCAIL ... ou est-ce TIMOKO ? Il part en course sans connaître le cheval et sans avoir fait de heat.
Pendant la course, on retrouve le Yves Hurel des grands jours, partant du second poteau et prenant assez vite la tête. Malheureusement, il est victime d'une erreur d'appréciation car il s'est trompé sur la distance et s'il passe en tête devant le poteau d'arrivée, ce n'est que l'avant-dernier tour. Il ne finit que septième.
Ce sont en fait Nils Pacha et GAPELOU qui s'imposent à la limite du dead-heat face à Maxime Grasset et GARY'S BLUES. Denis Brossard et GEKO de ROUAISSE complètent le podium.

Course 7 : Grand Prix Baron d'Ardeuil AOC Buzet

Éric Audebert confirme si besoin est son aptitude à gagner les grandes courses de Biarritz. Avec DÉFI NAY, il vient coiffer sur le fil Denis Brossard et CACHEMIRE BABOU, les deux drivers étant nettement devant le reste du peloton, mené par CALINE TURGOT et Sébastien Hardy.

Course 8 : Prix Vaisonnais D

Le championnat des amateurs s'annonce particulièrement serré cette année et d'un niveau prometteur. Dimitri Crespel montre son talent et son ambition dans la dernière course de la soirée, en l'emportant avec COME BACK devant Denis-André LANGLOIS, une nouvelle fois deuxième, cette fois au sulky d'ESPOIR d'AMOUR. Jean-Michel Empeytaz et CALIDJO de LIGNY sont troisièmes.

Mardi 7 juillet 2020 : Deuxième journée

Plusieurs drivers qui on fait l'actualité voire l'histoire du meeting de Biarritz et qui n'étaient pas là samedi étaient présents pour la deuxième journée : les Brossard père et fils, Stéphane Bouisson, Sébastien Hardy, Philippe Masschaele et Maxime Grasset pour ne citer qu'eux. Sportivement, le meeting trouve ainsi sa vitesse de croisière : il ne reste plus qu'à accompagner cela par le retour du public en général et des joueurs en particulier.

Course 1 : Prix Château Miller la Cerda

Les chevaux sont arrivés de façon très morcelée, avec plus d'une seconde d'écart entre chaque concurrent ! C'est Romain le Creps et HÉLECTRIQUE qui l'ont emporté devant Sébastien Hardy drivant HOMEGIRL.

Course 2 : Prix Ace Event

Laurent Laudren avait fini troisième de la première course. Il gagne nettement la deuxième au sulky de GENY de CAHOT en devançant Cédric Terry et GEISHA de FOURCADE.

Course 3 : Prix du Lac Marion

Laurent Laudren, décidément en grande forme, remporte sa deuxième victoire consécutive, cette fois au sulky de GABARRET. Il devance Arnaud Barre et GIN d'OR.

Course 4 : Prix Georges Sentenac

Selon l'expression consacrée, Frédéric Clozier débloque son compteur de victoires en s'imposant nettement au sulky de GIGOLO d'ÉMERAUDE. Xavier Decaudin, déjà vu à Biarritz en 2019, le suit (à près de 2 secondes) avec GIRL FONTENAILLES, à la lutte avec Yvan Lacombe et GIRL TURGOT.

Course 5 : Prix Le Régina Biarritz Hôtel et Spa

Ce début de meeting montre les hommes en forme et dessine peut-être les tendances des réunions à venir. On a vu que l'entraîneur Matthieu Varin avait bien commencé et, dans cette course, c'est avec la double étiquette driver/entraîneur qu'il gagne au sulky de FRENCH TURGOT. FIESTA EXPRESS et Jérôme Paillé le suivent en s'imposant in extremis à Nils Pacha et Sébastien Hardy respectivement avec FOU DU LAS VEGAS et FRANC ATOUT.

Course 6 : Prix Aubrion du Gers

Ce Prix était dédié au trotteur tragiquement décédé en juillet 2019.
Vincent Cabos a bien maîtrisé sa course au sulky d'ESCUDERA et l'a emporté devant Étienne Clozier et EXPLORATRICE, puis Romain le Creps et DABAAZ.

Course 7 : Prix des Corsaires Basques

Arnaud Barré gagne plutôt facilement avec DARDANUS, se mettant suffisamment à l'abri pour résister au retour de Denis Brossard et CORTICO MADRIK. EMMA PEEL drivée par Stéphane Bouisson est une jument à l'aise à Biarritz et finit troisième.

Course 8 : Prix Papeterie Echeveste

La première course des amateurs du meeting avait opposé des drivers n'ayant pas gagné cinq courses. On retrouve pour la dernière épreuve de la soirée les habitués de l'hippodrome des Fleurs que sont Dimitri Crespel, Jonathan Bordenave, Jean-Michel Empeytaz, Denis-André Langlois, Charly Clozier et Denis Cordeau.
C'est Charly Clozier qui met tout le monde d'accord avec ÉCLATANTE de PADD, cheval déjà vainqueur à Biarritz. Denis-André Langlois le suit à bonne distance avec DUC du FORT, devant Denis Cordeau et son habituel CRY ME A RIVER.

Samedi 4 juillet 2020 : Première journée

C'était une première journée particulière puisque placée sous le signe du huis clos ... et du port du masque.

Course 1 : Premier Grand Prix des Jeunes

Frédéric Clozier et HAVANA ROYALE sont les auteurs d'un bon début de course, mais cédent sous la pression de HAIRIA d'IRATY drivée par Quentin Machet qui s'impose malgré le retour de Cédric Terry et HERO SENSE. Jonathan Asselie et HECTOR EFJI complètent le podium.

Course 2 : Prix Buroteam

Cédric Terry et EDEN du QUENNE ont dominé cette deuxième course, devançant plutôt nettement Éric Audebert et ELIXIR de FRECA, à la lutte avec Yvan Lacombe et ECSTASY AR.

Course 3 : Prix Louis Ferrier

À l'issue de cette course, on a retrouvé les mêmes deux premiers, Cédric Terry ayant encore une fois gagné nettement, avec cette fois GASTBY WIC, devant Éric Audebert qui, de son côté, portait les couleurs de Guy Verva en drivant GAIA de VIVE, cheval plutôt à l'aise à Biarritz. Étienne Clozier et GUÉPIÈRE d'ÉRABLE ont terminé troisièmes.
Le duel entre Cédric Terry, dont les résultats 2020 sont impressionnants, et Éric Audebert, valeur on ne peut plus sure sur l'hippodrome des Fleurs est bel et bien lancé.
Julian Cordeau avec GUIDE IMPÉRIAL entraîné par son oncle Denis.

Course 4 : Prix du Président Harixcalde

Première course à Biarritz et première victoire pour Guillaume Marin qui était au sulky de FUN LOVER. Ce succès assez net a eu lieu devant le podium inversé de la troisième course, Étienne Clozier et FRAISE étant deuxièmes en devançant Éric Audebert et FANFARO BELLO, et Cédric Terry finissant quatrième.

Course 5 : Prix Jean Dumas / Grand Prix Dynaneva Maisagri

C'est une des courses rapides du meeting : 2150 mètres et d'excellents chevaux.
Matthieu Varin a engagé BY AND BY, mais c'est Vincent Cabos qui le drive car Matthieu est avec CALINE TURGOT dont il est propriétaire.
Étienne Clozier drive CLOUD of LIFE, premier cheval en dessous des 1'15" à Biarritz (en 2019).
Heat de BAMBOU de CALVI avec Éric Audebert.
CLOUD of LIFE fait une bonne partie de la course en tête, mais il est débordé in extremis par BAMBOU de CALVI à l'issue d'une dernière ligne droite où le sprint est de toute beauté. DÉMOCRATE termine troisième avec Pierrick Le Moël.
La course s'est déroulée à un rythme effrené et le sprint final a poussé les chronométres biarrots dans leurs derniers retranchements. La réduction des deux premiers est de 1'15"3. Venus du second poteau, BY AND BY, quatrième, et ARGINIO DES GODINS avec Charles Criado, cinquième, égalent tous les deux le record de la piste en 1'14"6.
Une victoire de prestige de plus à Biarritz pour Éric Audebert.

Course 6 : Prix des Vans Barbot

La course de monté était la sixième. Deux chevaux l'ont dominé en s'échappant assez vite : Cédric Terry et GUITAR HERO ont vite pris la tête, tandis que Romain Le Creps et FORTUNE FAITE, partis du second poteau, remontait tout le peloton pour le rejoindre ... et finalement le battre juste sur le poteau. À cette occasion, Romain Le Creps bat le record du monté en 1'15"8 !

Course 7 : Prix de Sames

Les amateurs courent au bout de la nuit à Biarritz et concluent les réunions. Martin Catel et CAVELIN l'ont emporté très nettement. La deuxième place s'est jouée sur le fil entre Jean-Marc Ferratge et DUCS des LOYAUX, et Thimothée Marsault et DUSTY JIEL.
Belle fin de soirée pour l'entraîneur Matthieu Varin, vainqueur des deux dernières courses, et quatrième avec BY AND BY.

Interview  : Frédéric Clozier

Frédéric Clozier est une valeur (très) sure du trot dans la Fédération du Sud-Ouest, comme le prouvent la soixantaine de victoires qu'il obtient chaque année, avec une régularité qui l'a conduit à obtenir son millième succès fin 2018.
Mais à Biarritz, il est encore plus que cela : depuis 2014, il se partage avec Éric Audebert les deux premières places du classement des drivers à l'issue de notre meeting, ayant lui-même gagné à deux reprises, en 2017 et en 2019.
Sa victoire l'an dernier a été nette et sans ambiguité puisqu'il a remporté douze courses, soit deux fois plus que ses suivants au classement. De plus, il a battu le record de la piste.
Frédéric Clozier nous a fait l'amitié de répondre à quelques questions : avec lui, en route vers le meeting !
Question 1 : Dans une interview parue sur le site de Paris Turf le 20 avril, vous redoutiez l'absence du meeting de Biarritz. On imagine votre soulagement !

Oui, en effet, je redoutais un peu l'absence du meeting de Biarritz car c'est un hippodrome que j'apprécie, l'ambiance y est bonne et je m'y sens bien !

Question 2 : D'une manière générale, comment s'est passée la reprise ?

La reprise s'est plutôt bien passée, il n'y a pas eu trop de soucis !!

Question 3 : Vos débuts à Biarritz datent de 2002, avec déjà, à l'époque, quatre victoires lors du meeting et une deuxième place au classement des drivers (et une deuxième place au Grand Prix !). Le moins qu'on puisse dire, c'est que vous vous êtes tout de suite senti à l'aise avec la piste ...

Je ne connaissais pas cet hippodrome, mais je me suis adapté assez vite au profil de la piste.

Question 4 : Eric Audebert et vous dominez nettement les classements récents des drivers, avec notamment deux victoires chacun lors des 4 dernières années. Vous êtes le tenant du titre et détenteur du record de la piste. Il semble qu'il y ait un profil particulier de spécialiste de la piste de Biarritz. Quel est votre secret ?

C'est vrai que c'est une piste assez spéciale avec de courtes lignes droites ; il faut de bons droitiers et des chevaux qui démarrent assez vite. De plus, rendre 25 mètres reste compliqué.

Question 5 : Vous avez 91 victoires à Biarritz et votre moyenne de ces dernières années est d'une dizaine par meeting. La centième est donc pour 2020 ?

Vous me l'apprenez ! J'espère que la centième sera au rendez-vous cette année.

Frédéric Clozier revient tranquillement avec AVENIR d'OR et pourtant, il vient de battre le record de la piste en 1'15"6.
Question 6 : Vous avez 91 victoires à Biarritz et votre moyenne de ces dernières années est d'une dizaine par meeting. La centième est donc pour 2020 ?

Vous me l'apprenez ! J'espère que la centième sera au rendez-vous cette année.

Question 7 : À ce propos, dans l'interview de Paris-Turf, vous disiez "avoir quelques chevaux pour bien faire". Quelques noms ??

En effet, je pense avoir quelques chevaux susceptibles de se distinguer lors de ce meeting : en particulier, FOLLENN d'ENOGAT, GO LUIS PORSGUEN, HAVANE ROYALE, HIGH SIERRA et ÉCLATANTE de PADD.

FOLLEN d'ENOGAT est en réussite à Biarritz : deux courses, deux victoires en 2019. De son côté, ÉCLATANTE de PADD est déjà venue deux fois à l'hippodrome des Fleurs en 2017, gagnant à une reprise.
Question 7 : Y a-t-il des victoires ou plus généralement des courses qui vous ont laissé un souvenir particulier ? On pense par exemple à vos succès lors du Prix du Président Odriozola : les deux succès consécutifs (2004-2005) avec ILLICO de l'ISLE sur 2150 mètres, ou celui de 2011 avec OSAKA du BOCAGE, cette fois sur 3750 mètres !

C'est vrai que les deux succès avec ILLICO de l'ISLE m'avaient fait plaisir ; il y en a eu d'autres également : DAMOUR JIEL, DIAPASON de PADD, ELO de PADD, URANIE du SOLEIL et VIETNAM d'ANAMA.

Frédéric Clozier et ILLICO de l'ISLE en 2004 et 2005.
Les Prix du Président Odriozola réussissent au driver ! En 2011, c'était avec OSAKA du BOCAGE alors qu'AVENIR d'OR a remporté celui de 2019.
ELO de PADD s'est imposé en 2017 ; il est revenu en 2019. URANIE du SOLEIL a gagné en 2016, tandis que VIETNAM d'ANAMA l'a emporté en 2015 et 2016.
Question 8 : C'est toujours un plaisir de vous voir avec vos fils sur l'hippodrome. On a vraiment l'impression d'une grande complicité !! Eux aussi semblent aimer la piste de Biarritz. Vous leur avez donné des conseils ?

En effet, il y a beaucoup de complicité avec mes fils. Je leur donne quelques conseils, mais ils observent beaucoup d'eux-mêmes. En plus, ils ne sont pas maladroits pour partir, ce qui est un avantage sur ce genre de piste.

Charly Clozier privilégie ses études et court en amateurs.
Étienne Clozier a remporté la première course de sa jeune carrière à Biarritz en 2015. Il a également gagné le challenge des apprentis en 2018.

Lundi 22 juin 2020  : le meeting 2020 aura lieu

Malgré la pandémie de Covid-19, le meeting de Biarritz aura lieu dans son intégralité en 2020. Néanmoins, les trois premières réunions, celles des 4, 7 et 9 juillet se dérouleront à huis clos. C'est globalement une satisfaction qui montre la solidité et la popularité de notre meeting, même si nous comprenons la déception des fidèles en ce qui concerne l'impossibilité d'assister à ces premières soirées. Voyons cependant le bon côté des choses, c'est-à-dire le verre aux 10/13 plein : au moins 70 courses seront accessibles aux habitués de l'évènement avec, en point d'orgue, le Grand Prix de Biarritz et un quarté+ régional.

Dimanche 16 février 2020  : Prix de l'Hippodrome de Biarritz à Bordeaux

La deuxième course de la réunion de Bordeaux était le Prix de l'Hippodrome de Biarritz. Avec 14 partants, l'épreuve voyait s'aligner bon nombre d'habitués de notre Hippodrome : Franck Marty,Richard Westerink, David Sabourdy, Cédric Terry, Frédéric Clozier et le toujours sémillant Richard William Denéchère ! D'autres figures célèbres comme Dominik Cordeau étaient également présents au Bouscat, de même qu'Emmanuel Varin et Guy Verva, venus de beaucoup plus loin !
C'était également le jour de l'anniversaire d'Étienne Clozier ... et l'occasion d'une photo d'un père encadré par ses deux fils !
Des heats au rond de présentation, le public a toujours le temps de voir les chevauxqui vont courir ; cette approche est propre aux courses et participent à leur origonalité. Elle est renforcée par la possibilité d'assister aux préparatifs dans les stalles.
La course se joue dans le dernier virage à l'issue duquel Cédric Terry et GÉ du MANOIR s'envolent vers la victoire devant Frédéric Clozier et GRACCHUS, Olivier Raffin menant GÉNÉRAL du GITE à la troisième place.
La Présidente et le Secrétaire Général pouvaient alors remettre le prix de la victoire à Cédric Terry. Le vainqueur et Frédéric Clozier pouvaient poser fièrement ensemble : ils sont, en ce début de saison, les drivers du Sud-Ouest les plus en forme.

Lundi 13 janvier 2020  : Prix de Biarritz à Vincennes

Le Prix de Biarritz a eu lieu à Vincennes lundi 13 janvier. Cette course voyait s'affronter des chevaux de 4 ans de niveau prometteur et était marquée par la présence des cinq premiers du sulky d'or 2019 : Éric Raffin, Yoann Lebougeois, Franck Nivard, Jean-Michel Bazire et Matthieu Abrivard, ainsi que celle du lauréat de l'étrier d'or Alexandre Abrivard. En cette fin d'après-midi, les préparatifs allaient bon train avant une course qui s'annonçait sous les meilleurs auspices.
Dernière épreuve de la soirée, la course s'est déroulée une fois la nuit tombée, pour mieux nous rappeler que Biarritz se court en nocturne ?). GO WINNER et Alexandre Abrivard l'ont emporté à l'issue d'un sprint final de toute beauté, devant GIBALDI de HOUELLE drivé par Adrien Lamy qui avait mené une bonne partie de ce Prix de Biarritz. Mathieu Mottier et GAL de CRENNES ont complété le podium, devant Éric Raffin et GORLANDO.
Ce succès est le premier de sa jeune carrière pour GO WINNER, et le premier à l'attelé en 2020 pour Alexandre Abrivard (déjà vainqueur trois fois au monté !).